(La volonté du Père)

Au sujet de la Déclaration de rabbins orthodoxes sur le Christianisme, décembre 2015
À l’occasion du cinquantième anniversaire de la déclaration Nostra Aetate, un groupe de rabbins orthodoxes venus d’Israël, d’Amérique du Nord et d’Europe a voulu marquer l’événement en publiant, le 3 décembre 2015, une réponse juive au changement « fondamental et irrévocable » dans l’enseignement de l’Église catholique concernant le judaïsme.
Point de départ d’un « processus de réconciliation» entre les deux communautés, le texte catholique y est présenté comme un rejet – définitif après les leçons tirées de la Shoah – de « toute forme d’antisémitisme ». Les chrétiens y reconnaissent le rôle joué par les Juifs dans l’Histoire de l’humanité, dans le passé comme dans le présent.
Les auteurs de ce texte franchissent un nouveau cap : en s’appuyant sur les avis de décisionnaires juifs médiévaux et contemporains, ils soulignent que c’est par la « volonté divine » que le judaïsme et le christianisme se sont séparés : leur relation n’est désormais plus celle de « frères ennemis ».
Ce document a été élaboré dans un premier temps par cinq rabbins orthodoxes ; puis il fut signé par plus de soixante rabbins orthodoxes, actuels ou anciens grands rabbins de France, de Finlande, de Serbie, ou des personnalités, comme les rabbins Irving Greenberg, Benjamin Lau, Shlomo Riskin, David Rosen ou David Bigman.